Quitter Paris, vous en rêvez, Mademoiselle Caroline l’a fait !

« Ce matin en descendant au bureau, j’ai vu un cerf traverser la route ! Sans rire, comment faire mieux ? » Mademoiselle Caroline a troqué sa vie de citadine pour devenir montagnarde il y a quelques années, une reconversion à coup de raquette-yoga-raclette qui l’enchante! Entre soirée sextoys avec les nouvelles copines et ski intensif, elle raconte sa mutation dans sa BD Quitter Paris, alignant des arguments pour nous convaincre – et nous faire marrer! Rencontre avec une illustratrice qui a la bulle pétillante, et découverte de son dessin en 7 planches.

Pour l’instant : Quel a été le déclencheur qui vous a poussée à quitter Paris ?

Mademoiselle Caroline : Je revenais de plus en plus déprimée de chaque séjour en montagne, et nous avions un chien qu’il fallait sortir! C’était super contraignant, et nous nous sommes dit mon homme et moi que, si nous avions un enfant, ce serait encore pire: il faudrait prendre le métro pour trouver un peu de nature où se promener… Je faisais tous mes déplacements en vélo et ne supportais plus la pollution, bref, ça devenait vital de fuir.

Pli : Vous doutiez-vous de ce qui allait vous manquer de Paris, ou l’avez-vous découvert plus tard ?

Mademoiselle Caroline : A vrai dire, il n’y a pas grand chose qui me manque. Nous avons tout ici, il faut juste aller le chercher un peu plus loin. La seule chose vraiment dure à trouver, ce sont les films en VO. Nous avons la chance d’avoir un cinéma plus ou moins « Arts et essais » à Annecy, mais dans la salle plus populaire, les films sont en VF et c’est regrettable – pour certains films, j’en pleure des oreilles.

Pli : Vous doutiez-vous de ce qui allait vous plaire à Manigod – un tout petit village de Haute-Savoie -, ou l’avez-vous découvert plus tard ?

Mademoiselle Caroline : Tout me plait à Manigod ! La solitude, les nouveaux amis, les gens de la montagne, les odeurs, les animaux – ce matin en descendant au bureau, j’ai vu un cerf traverser la route ! Sans rire, comment faire mieux ? -, la neige, la rudesse du climat, la petite aventure quotidienne liée au fait de vivre en montagne…

Pli : Comment vivez-vous le dessin – votre travail – au quotidien ?

Mademoiselle Caroline : Je suis une stressée du boulot donc je suis plutôt organisée. Pour gagner ma vie, je fais autre chose que de la BD, je suis illustratrice dans la publicité et la presse, et j’ai beaucoup de travail. Je dessine la nuit et tous les weekends, les vrais moments de repos sont très rares ; j’ai toujours des idées en tête, un carnet qui me suit partout, en fait j’ai du mal à décrocher. Tout notre chalet est organisé autour de mon espace de travail, j’ai cassé tous les murs de façon à vivre quand même avec ma famille, car je passe 80% de mon temps sur ma tablette graphique.

Pli : Vous avez trois enfants. Si l’un d’eux décidait plus tard d’aller vivre à Paris, comment l’aideriez-vous à se préparer ?

Mademoiselle Caroline : Je leur ai fait un tel lavage de cerveau que j’espère bien que cela n’arrivera pas ! Mais si jamais il décide d’aller se suicider en ville, et bien je l’accompagnerais au maximum. Je serais attentive à bien regarder comment est desservi son lieu d’habitation en transport – parce qu’on y passe un temps considérable et que c’est atroce -, à essayer de trouver de la verdure pas loin, et une bonne boulangerie…et je l’aiderais plus encore à refaire ses valises pour rentrer voir sa maman !

* Quitter Paris, Editions Delcourt. Retrouvez également la dessinatrice sur son blog. Et dans un article Pour l’instant sur une autre BD ici.

5 choses à savoir avant de quitter Paris, sur le plan…

  • Familial : « Vous verrez beaucoup moins votre famille et ce sera souvent à vous de vous déplacer. »
  • Social : « Il faudra vous adapter à votre nouvel environnement et tolérer la différence éventuelle, c’est vous qui devez vous ajuster. Ne venez pas avec vos gros sabots de citadins, ce sont les gens d’ici qui savent, pas vous. »
  • Financier : « La vie est tellement moins chère qu’à Paris! Les loyers, la nourriture, les sorties… En revanche, il faut prévoir un bon budget voiture-essence. Bien sûr, tout dépend de là où vous irez : moi je vis vraiment loin de tout, paumée, à 7km (de route de montagne) du premier village – avec juste une boulangerie, un resto, un coiffeur et un magasin de jambon/fromage, alors forcément… »
  • Culturel : « Pour moi, ce fut peut-être le plus « dur » : je n’ai pas du tout les mêmes goûts en musique, littérature ou cinéma que les gens du coin. Je peux difficilement échanger sur des films et mes oreilles saignent quand mes co-équipières de rugby mettent la musique dans le bus au retour des tournois. »
  • Vestimentaire : « Côté vêtement, c’est un peu pareil que culturellement, mais Internet me sauve, tout vient à moi, et vous pouvez rester originale sans forcément vous habiller chez Décathlon®. »

Quelques bulles loin des pics de pollutions

  • La neige : « C’est une private joke avec ma copine Manon et mon homme qui, lorsqu’ils voient arriver les premières neiges, se renferment, font la gueule et l’appellent « la merte blanche ».

© Éditions Delcourt, 2017 – Mademoiselle Caroline

  • Rencontrer de nouvelles personnes: il faut comprendre que dans mon cas, j’arrivais dans un petit village de montagne, où tout le monde se connaissait depuis des siècles, et où fondamentalement, les locaux n’avaient pas besoin de nouvelles personnes. Il a donc fallu aller vers eux, sinon on restait seuls à manger des chips.
  • © Éditions Delcourt, 2017 – Mademoiselle Caroline

  • Les charmes de la vie en montagne : l’expérience du raquette-yoga-raclette est une chose qu’on ne peut tester qu’ici, et quel régal !

© Éditions Delcourt, 2017 – Mademoiselle Caroline

  • Travailler à la maison : c’est une chose magnifique que de pouvoir organiser son emploi du temps comme vous voulez. Je peux skier la journée et bosser la nuit, tout le monde s’en fiche, du moment que je rends mon travail à temps. Et je ne suis jamais en retard ! On peut donc avoir l’impression que je ne fais pas grand chose, car je skie en journée ou randonne ou autre, mais je travaille le soir et les weekends. Je me suis quand même installée ici pour pouvoir skier à volonté, c’était ma passion.

© Éditions Delcourt, 2017 – Mademoiselle Caroline

  • Vivre (un peu beaucoup) retirée : côté courses, il faut être très organisé si vous ne voulez pas redescendre dans la vallée quinze fois dans la semaine. En remontant, il faut toujours acheter du pain, et prévoir avoir un stock de matières premières. C’est très frustrant de commencer une super recette et de s’écraser en plein vol parce qu’il manque les œufs.

© Éditions Delcourt, 2017 – Mademoiselle Caroline

© Éditions Delcourt, 2017 – Mademoiselle Caroline

  • Les parisiens ou les touristes en général : Bien que je sois parisienne et que je le reste, je peste quand je les vois rouler à 40 km/h et m’empêcher de les doubler car ils sont au milieu de la route, ne pas être équipés de pneus neige ou de chaines, manger des raclettes même en été, râler sur les pistes, râler au resto, râler au supermarché… »

    © Éditions Delcourt, 2017 – Mademoiselle Caroline

Le shopping culturel spécial Manigod (en Haute-Savoie)

Mes lieux culturels préférés près de chez moi

  • La librairie des Aravis à Thônes, une vraie belle librairie, à la pointe de l’actualité et qui est toujours de bon conseil.
  • L’Arena de Genève et l’Arcadium d’Annecy qui ont toujours de belles programmations de concerts et de spectacles, j’ai même réussi à voir Nicole Ferroni à Faverges.
  • BDFugue Café à Annecy, une librairie BD géniale, dont Vincent qui a réussi à me faire lire de la BD alors que j’en lis très peu.
  • Le cinéma Le Nemours à Annecy qui passe – alléluia – les films en VO.

Mes derniers coups de cœur

  • Livre : Y revenir de Dominique Ané.
  • BD : Idéal standard d’Aude Picault, cette nana est une déesse du dessin !
  • Films : Manchester by the sea, Médecin de campagne et Lion.
  • Musique : le dernier album de Nick Cave est magnifique, Franz Ferdinand et Paul McCartney, toujours, et ce soir, je vais voir Katerine en concert à Genève.

Publicités